Le jour où j’ai testé les feutres Posca…

Le 10 décembre 2013
00908ae81f682520916a87e6d06e7322 1 - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

00908ae81f682520916a87e6d06e7322 - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

posca feutres - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

Cela  faisait déjà quelques temps que je lorgnais sur les feutres multisupports, sans jamais oser me lancer. Quand on m’a proposé de tester des feutres posca, je n’ai pas hésité une seconde : à moi le gribouillage intempestif de tout ce qui me tombe sous la main !!! En plus, à l’approche de Noël, ce sont les couleurs métalliques que je vais avoir la chance de tester. 

D’abord, explications : c’est quoi un feutre posca ? C’est un marqueur peinture à base d’eau, tous supports. On peut dessiner sur tout ce qu’on veut, et en fonction du traitement qu’on lui fait subir, il deviendra permanent (ou pas).

Après avoir silloné le site Posca en long en large et en travers (et noté tous leurs conseils et astuces), me voilà en train de réunir tous les supports à tester, et de les essayer les uns après les autres…

1 / Le papier : Nécessaire pour amorcer le stylo, et tester sa prise en main. La pointe glisse sur la feuille, le débit est fluide, les couleurs ont un beau rendu, et l’aspect métallique est très chouette ! 

2 / Le bois : Dessiner dessus, c’est très agréable. Je regrette juste de ne pas avoir choisi un bois plus foncé pour faire ressortir le métallique des feutres. 

posca bois - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

3 / La céramique : Quelques coups de feutres sur ma tasse blanche, et la voilà parée d’un petit dessin bucolique. En cas de dérapage, un coup de coton-tige mouillé et hop, la bavure disparait ! Passée au four à 160° pendant une bonne demi-heure, la peinture devient plus résistante et ne s’enlève pas sous l’eau. Par contre, je n’ai pas testé les lavages et frottages intensifs, j’aime trop mon petit dessin…. Donc pour fixer encore mieux mon « oeuvre », un petit coup de vernis protecteur en bombe, et le tour est joué, je peux laver ma tasse souvent sans souci (éviter quand même le lave-vaisselle !)

posca tasse 1 - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

4 / Le verre : L’aspect métallique avec la transparence du verre, c’est moyen, ça c’est au niveau couleur. Je pense que ça aurait été mieux avec des couleurs plus « classiques »(ce que je ne manquerai pas d’essayer !).

Pour un usage temporaire (décoration de fenêtres ou de miroirs, par exemple), les dessins s’effacent au produit à vitres. Sinon, après passage au four, la tenue est bonne, même sans vernis (à voir  avec des lavages répétés, comme la céramique).

5 / Le zinc : Je ne suis pas convaincue par le rendu, il faudrait que j’essaye avec des feutres non métalliques. Fixer avec une couche de vernis bombe est préférable, surtout pour des objets au contact de l’eau ou destinés à être en extérieur.

6 / Les matières minérales : Ardoise, galet, pierre, argile, etc. . La pointe accroche un peu, mais c’est logique, lié aux irrégularités et aspérités des supports. Le côté poreux permet bonne première accroche de la peinture, par contre, attention en cas d’erreur ou de débordement, c’est plus difficile à effacer au coton-tige ! Question couvrance, ouahou ! Pas besoin de passer 3 couches, les couleurs ne sont pas ternies ou obscurcies par la couleur du support (bah oui, l’ardoise, c’est gris bien foncé !!!). Et le rendu, le contraste entre l’aspect brut de ces matières premières et la « poscalisation » est vraiment super ! Là, c’est mon gros coup de coeur!!!

posca mineral - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

7 / Le tissus : Il faut être attentif car ça accroche plus ou moins en fonction du tissus choisi. J’ai fait une petite arabesque printanière sur un mélange lin coton, fixée à l’envers au fer à repasser sans vapeur. Au premier lavage, ça a bien tenu (attention à ne pas dépasser une certaine température de lavage !), a voir pour des lavages répétés.

Je pense que je vais voir plus grand et ne pas m’arrêter à ce petit bout de tissus !

posca tissus - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

8 / Le simili cuir/Matière plastique : Ma couverture d’agenda s’est parée de dessins et inscriptions en quelques minutes. De quoi amener un peu de gaité dans les journées de boulot ! Dessin fixé au fer à repasser avec une serviette (sinon, ça fond !), toujours sans vapeur. La, on ne questionnera pas le lavage (même si des fois j’ai envie de noyer mon agenda !), mais plutôt la résistance répétée aux frottements (dans un sac à main bien garni ! ). Seul le temps nous le dira ! 

agenda relooke - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

9 / Le  » Nail Art » : Alors, bien entendu, la destination première du feutre posca n’est pas d’être appliqué sur le corps ou les ongles (même si j’ai vu des gens s’y essayer sur le net sans « effets secondaires », puisque c’est une peinture à base d’eau). Mon conseil, c’est d’appliquer d’abord une couche de base, avant de dessiner, puis de fixer avec un top coat. Effet fun sympa, bien plus maniable (à mon avis, bien entendu), que les pinceaux, ça résiste aux lavages, et part avec du dissolvant ! 

posca nail 2 - Le jour où j'ai testé les feutres Posca...

Les + des feutres posca :

– les couleurs des feutres posca sont miscibles entre elles : on peut même les « aquareller » !

– les feutres posca sont adaptés aux petites mains : on peut les confier à des enfants à partir de 5 ans sans craintes particulières (sauf celle qu’ils refassent la déco murale du salon…)

– les feutres posca existent en plusieurs tailles : d’extra fins (0.7 mm) à extra large (15 mm), en passant par le pinceau, il y en a pour tous les goûts ! Et une belle gamme de couleurs  aussi !

– les pointes des feutres posca sont remplaçables et peuvent être rincées : au cas ou un petit malin oublie de reboucher, et que la pointe sèche !

En conclusion, je suis archi-convaincue par les feutres de la marque posca, et je vais même filer m’en acheter d’autres tellement j’ai aimé leur maniement, leurs couleurs et leur aspect multisupports !

Et vous, avez-vous déjà utilisé des feutres posca ? 

Crédits photos : Kat Alpa