Top chef 5, émission 4 : revisiter le fast food, travailler les trésors d’un maraîcher, cuisiner la lotte et épreuve sous pression volatile

Le 16 février 2014

1a39173e65486fab8249fb04458ac834 - Top chef 5, émission 4 : revisiter le fast food, travailler les trésors d'un maraîcher, cuisiner la lotte et épreuve sous pression volatile
TOP CHEF 5, ÉMISSION 4

Cette semaine, anciens et nouveaux ont enfin été réunis… les 12 prétendants au titre de « Top chef » vont à présent devoir la jouer perso !

 

Pour la première épreuve, ils recevaient la visite du célèbre comique de l’émission « Soda », Kev Adams, accompagné de son assistant, John Eledjam. Tous étaient surexcités (surtout Noémie, Alexis et Jordan. Encore une fois, Jean-Edern ne connaît pas nos stars du PAF), mais sentaient cependant l’entourloupe en les voyant débarquer, sacs de fast-food à la main.

Depuis son apparition aux Etats-Unis à la fin des années 30… la junk food ne cesse de surprendre. On la peint comme l’artiste Mark Trujillo et sa série de tableaux réalistes, qui se focalise sur les lieux de consommation américains, l’artiste canadien Chris Woods, qui offre un regard très critique et ironique sur la société à travers des peintures hyper-réalistes, on la filme comme Morgan Spurlock dans « Super Size me », un documentaire déroutant, on l’écrit comme dans « Fast food nation » du journaliste Eric Schlosser, « Mes petits fast-foods magiques » de Pascal De Lomas ou encore Brice Morvent, ancien de « Top Chef » et son « Junk food 100% maison avec des produits frais », on la cuisine façon luxe comme les chefs P.Bocuse pour « Ouest Express » à Lyon Part-Dieu ou Lyon Vaise et M.Veyrat, pour « Cozna Vera », fast-food bio sur les bords du Lac d’Annecy… il n’est donc pas étonnant qu’elle fasse l’objet d’une épreuve particulière dans l ‘émission !

Une épreuve « dynamite », en une heure de temps, à l’image de l’humoriste. Les 12 candidats vont réaliser une performance : revisiter un menu fast-food en plat gastronomique.

 

Ils vont devoir déstructurer des produits déjà « cuisinés », si l’on puit dire, (hamburger, salade, frites, nuggets ou encore boissons), supprimer leur goût très spécifique et les retravailler comme s’ils sortaient d’une cuisine 3 étoiles.

Il va falloir faire fort : 6 plats seulement seront choisis sur le visuel par Kev et John. D’autres comédiens de la série Soda en choisiront ensuite trois sur le goût… et enfin Cyril Lignac tranchera et élira la recette gagnante.

Chacun choisit les éléments qui le tentent le plus, Noémie, elle, se donne un second défi, celui de revisiter l’ensemble des produits, dans le but de se différencier.

Personnellement, j’ai trouvé les critiques du duo intéressantes et constructives.

Sont choisis pour être dégustés : les plats de Jean-Edern, Jeremy, Noémie, Jennifer, Jordan et Anne-Cécile. Les parents (Laurence et Guy) et la grand-mère (Chantal) de la série télévisée vont avoir l’honneur de déguster les 6 plats présélectionnés.

Chantal sélectionne le plat d’Anne-Cécile (croustillant de bœuf aux épices, chutney de tomate, yaourt grec citron vert), Laurence celui de Jennifer (muffin pomme et poulet, crème de laitue, salade pomme et noisette) et Guy celui de Jordan (burger décomposé sur fond de spéculoos, pommes façon potatoes).

L’immunité, donnée par C.Lignac, est remportée par le très jeune Jordan, pour un plat complet qui a su séduire le chef visuellement et gustativement avec du sucré et du salé.

Le second concours de la soirée se joue en deux temps. Les 12 cuisiniers sont donc divisés en deux groupes de 6 qui se battront sur deux épreuves, très différentes l’une de l’autre.

 

Le premier groupe, composé de Jennifer, Pierre, Alexis, Thibaut, Steven et Jordan (qui participe pour le nombre) vont avoir une très jolie surprise… la chance de pénétrer dans le jardin secret d’un maraîcher japonais hors du commun. Ils partent à la rencontre d’Asafumi Yamashita, qui a la particularité de réserver ses produits à seulement 7 grands chefs étoilés de France. Aussi, ce ne sont pas les restaurateurs qui le choisissent mais lui qui les choisit (selon leur personnalité)…  « un grand luxe » d’après Stéphane Rotenberg.

Pour le maraîcher, ses légumes sont comme ses filles, il leur apporte de l’amour au quotidien.

Dans cette épreuve, ils seront jugés par A. Yamashita, accompagné de Pierre Gagnaire, le « Mozart de la cuisine », d’après Alexis, « Un Rousseau […] que l’on n’oubliera jamais », d’après Jennifer ou encore « le summum de la cuisine française » pour Thibaut. Ils vont devoir se montrer à la hauteur de ces véritables trésors – « Pour un cuisinier c’est comme une nouvelle étoile », dixit chef Gagnaire.

Ils vont s’opposer en deux équipes, de trois face à face. Pierre et Alexis, deux anciens s’affronteront autour du navet, Thibaut et Steven retravailleront la carotte, Jennifer et Jordan cuisineront le chou… en 40 minutes.

Navets de Pierre Gagnaire - Top chef 5, émission 4 : revisiter le fast food, travailler les trésors d'un maraîcher, cuisiner la lotte et épreuve sous pression volatile

Chef Gagnaire réalise une recette à base de navets en trois cuissons.

Le premier navet est cuit pendant 7 minutes. Puis il le retire de l’eau et ôte son « chapeau » avant de l’agrémenter d’une crème à base de café.

Le second navet, est pour la première moitié hachée au couteau et agrémentée de raifort, racine au goût très prononcé (le wasabi des pays de l’est). L’autre moitié est hachée en tranches, qu’il rôtit dans un beurre mousseux avant de les paner dans de la poudre de pistache.

Le dernier navet est travaillé avec du citron vert.

Enfin, il dresse joliment le trio de navets.

Certains candidats, comme Alexis qui gaspille la moitié des légumes et massacre l’autre partie, s’attirent les foudres de P. Gagnaire. Contrairement à Thibault, Steven ne goûte pas ses carottes – « Il ne peut pas cuisiner ainsi » disent en chœur les professionnels.

Les points vont successivement à Thibaut pour la carotte, Pierre pour le navet… et c’est Jordan qui sauve son trio grâce à son chou… Jennifer se voyait déjà gagnante face à un Jordan, sans grande expérience.

C’est au tour des candidats du second groupe, partagés en deux équipes (un chef et deux commis). D’un côté, les rouges, Noémie, Jean-Edern et Mohamed, de l’autre, les jaunes, Anne-Cécile, Julien et Jérémy.

Chacun y va de sa préférence et se voit plus dirigeant ou dirigé.

2 foulards sont cachés sous 6 cloches, et au moment de déclocher, manque de chance, le hasard sélectionne Noémie et Julien comme chefs, tous deux prétendants au titre de commis (au grand dam de Marie-Cécile et de Jean-Edern, déjà chefs, qui se voyaient plus guider).

Chaque chef doit établir deux recettes, une entrée et un plat, autour de la lotte… sans savoir qu’ils devront par la suite sélectionner le plat qui sera dégusté par le jury et donc qu’ils enverront directement l’un de leur deux commis en test sous pression.

Julien est trop « chef-copain » – ce qui montre « qu’il est perdu » dans ce rôle, tandis que Noémie a l’impression de diriger une équipe de foot à la manière d’un militaire.

Arrivent les chefs Thierry Marx et Jean-François Piège, qui leur annoncent qu’être un chef c’est aussi choisir. Une pression envahit alors les apprentis chefs. Julien choisit Anne-Cécile car il manque la sauce sur l’assiette de Julien, Noémie sélectionne celle de Jean-Edern, car il reste des nervures sur la lotte de Mohamed.

C’est l’équipe jaune qui remporte l’épreuve, et donc celle de Noémie qui part en dernière chance.

Les 7 candidats participant au test sous pression, Noémie, Jennifer, Mohammed, Jérémy, Jean-Edern, Steven et Pierre ont eut 1 heure pour revisiter le pigeon.

C’est à l’aveugle, que les 4 membres du jury, Ghislaine Arabian, Jean-François Piège, Thierry Marx et Christian Constant, ont dégusté les plats composés avec ce volatile.

Une seule assiette a complètement satisfait les jurés, celle de Jérémy – « un plat parfait », d’après eux. Dans toutes les autres propositions, trop d’erreurs.

TOP CHEF 5 EMISSION 4   Mohammed f0ae3 - Top chef 5, émission 4 : revisiter le fast food, travailler les trésors d'un maraîcher, cuisiner la lotte et épreuve sous pression volatile

Suspens car ballottage entre deux candidats très différents, Pierre l’ancien et Mohamed le nouveau. C’est Mohammed, qui recevait une immunité la semaine précédente, qui les a le moins convaincu et qui quitte définitivement le concours… pourtant ils trouvaient le plat de Pierre beaucoup trop aillé… c’est à ne rien y comprendre..

Il part cependant la tête haute, couronné de compliments par les chefs… Thierry Marx se lève même pour le saluer.

J’ai aimé : la bonne humeur de Kev Adams et la réinterprétation très imaginative des menus de fast-food.

Je n’ai pas aimé : la réflexion de chef Marx sur la tenue de Jean-Edern et sur le laxisme de Noémie (avait-elle la possibilité de le faire se changer ? « Cristina n’est plus là chef Marx » !), le caractère d’Anne-Cécile, de plus en plus insupportable (est-ce la sœur de Pierre ?), la subtilisation de l’épreuve sur la lotte (comme s’il y avait eu trop de longueurs et que la dernière épreuve s’en trouvait être bâclée).

 
Et vous, vos impressions et vos attentes pour la suite de ce concours culinaire médiatique ?

A la semaine prochaine pour le débrief de l’épisode 5 Top chef 5 de ce lundi 17 Février 2014 à 20h50 sur M6. 

Crédits photos : m6.fr