– Marâtre – Caroline De Bodinat Le livre de poche

Le 18 juillet 2013
Le livre de poche

66121bc28c9d23f8a6cd26cc53117b58 - - Marâtre - Caroline De Bodinat Le livre de poche
Maratre

Mathilde a 32 ans et un caractère bien trempé. Elle vient de rencontrer Eugène, 45 ans, divorcé et père de Vincent et Chloé, deux ados bien décidés à faire comprendre à la jeune femme quelle na pas sa place parmi eux. Il faut dire quils ont dégommé plus d’une marâtre depuis que leurs parents se sont séparés. Cette fois-ci ils ont fort à faire : sils sont coriaces, Mathilde, elle, est tenace. Avec Vincent et Chloé, elle connaîtra les claquements de portes, la jalousie, la rivalité, l’ambivalence des sentiments, la paix armée, les petites victoires remportées à l’arraché.

La critique littéraire de David Rémack :

Un mariage sur deux se termine en divorce en France, les familles recomposées sont devenues monnaie courante. La position de belle mère ou de beau père n’en est pas simple pour autant.

Caroline De Bodinat a utilisé son expérience personnelle pour écrire ce livre et elle n’a pas eu la vie facile face aux enfants de son compagnon.

Le récit de cette situation s’en retrouve un peu trop orienté à mon gout. Impossible de ne pas prendre son parti. En effet l’homme qu’elle convoite passe vite pour un père incapable de tenir ses enfants, et qui les laisse martyriser la femme qu’il est censé aimer.

Ce qui donne des personnages un peu caricaturaux, Mathilde est souvent hystérique et ne fait aucun effort (elle est presque plus capricieuse que les enfants) et Eugène ne prend souvent que de mauvaises décisions.

Pour autant l’histoire est intéressante, c’est aussi l’analyse d’une situation assez nouvelle et qui devient de plus en plus fréquente. On ne choisit en effet pas la famille de celui ou celle que l’on aime et c’est encore plus compliqué quand des enfants entrent dans l’équation. Les sentiments des personnages sont souvent bien traduits même s’ils sont parfois exacerbés. Principalement la culpabilité du père, lui qui ne voit ses enfants que le week-end veut compenser son absence en leur cédant sur tout. S’il n’est pas facile de trouver sa place dans une famille il ne doit pas non plus être aisé d’imposer une nouvelle personne dans la vie de ses enfants. Etre en porte-à-faux entre les deux est une situation périlleuse.

Un premier roman touchant bien qu’un peu superficiel sur une situation moderne que nous pouvons tous rencontrer. Ce petit livre vous fera passer un bon moment, parfait à emmener en vacances.

Ma note : 6,5/10

David Rémack – Critique Littéraire Partenaire

Source de l’image : Le Livre de Poche