Que penser des Mini Miss ?

Le 2 juillet 2012

Les Mini Miss

Les Concours de Mini Miss sont devenus une énorme industrie aux USA, et particulièrement au Texas (lieu du reportage). Les Mini Miss, c’est comme les Miss, sauf que ça concerne des gamines et des bébés.

J’en avais déjà vaguement entendu parler mais ce truc ne m’avait pas particulièrement choqué. Disons plutôt que je ne pensais absolument pas que ça prenait de telles proportions.

Les mamans des Mini Miss sont de véritables coachs.Ces gamines n’ont rien demandé, mais les mamans sont là pour les pousser et faire d’elles de véritables reines de beauté. Vraiment? Ces mères sont des tarées en mal d’affection qui vivent au travers de leur fille ou qui n’ont absolument pas compris que leurs gamines n’étaient pas des poupées.

Lors de ces concours, les gamines doivent faire des shows pour démontrer leur talent, défiler, sourire… Mais avant ça c’est toute une préparation.

D’abord il y a le book. Il faut que la Mini Miss soit à jour dans ses photos. Et quelles photos… Les gamines sont maquillées à outrance, comme des prostituées, et je pèse mes mots. Mascara, gloss, font de teint, rouge à lèvre, far a paupières et faux cils! Bref tout l’attirail d’une « dame », et encore j’aimerais ajouter que des femmes qui se maquillent autant, on en voit très rarement. De plus les photos sont retouchées après pour enlever les « défauts » (ce qui donne à peu près ce résultat : des gamines a moitié virtuelles, un peu comme les pubs des années 50), genre des dents en moins… Alors pour y remédier lors du concours, certaines mères n’hésitent pas à acheter des fausses dents pour que les petites puissent avoir un véritable sourire de star.

Ensuite il y a les robes. Robes avec des paillettes, des couleurs flashy, des fanfreluches, des rubans, du brillant, bref, rien n’est fait dans la demi-mesure. D’autant plus que des familles dépensent parfois entre 1000 et 2000 dollars pour une robe.

Après ça il y a la coiffure. Certaines ont carrément des perruques, ou des choucroutes, des bouclettes, des chignons « sophistiqués ».

Et pour vous donner le coup de grâce, j’ajouterai que certaines de ces gamines sont âgées de … 4 ans. Pire, certaines Mini Miss sont âgées d’un an, même si on leur épargne au moins le maquillage… mais pas les perruques et les robes!

Les mères sont prêtes à tout pour les Concours des Mini Miss. Quelques petits exemples :

 » – Ah non ma chérie, tu étais en retard à ce moment de la chanson, il faut que tu recommences!

– J’ai un peu mal à l’épaule maman.

– C’est vrai? Tu t’es fais mal a l’école?

– Non… J’en sais rien, j’ai juste mal…

– Ca va aller?

– Oui…

– Allez recommence »

Bon, là, toute mère qui se respecte s’inquièterait un peu plus de savoir pourquoi sa gamine se plaint de douleurs. Mais c’est de pire en pire, voici une autre maman :

 » – Mais ma puce, il faut que tu continues à t’entrainer! Allez, recommence, si tu ne t’entraines pas tu n’y arriveras jamais!

– Je veux un câlin!

– Je te ferai un câlin quand tu l’auras fait correctement!

– Mais j’veux un câlin tout de suite… »

Et le dernier, à la suite de la victoire de la gamine qui voulait un câlin, réaction de la mère :

 » – Vu ce qu’elle à fait aujourd’hui, elle ne méritait pas de gagner. Alors bon, on est contentes. « 

Déjà, des experts s’interrogent. Ces gamines croiront que tout leur est dû à cause de leur beauté, et qu’en gros, il n’y a que les jolies qui réussissent, et les moches elles seront là pour faire les tâches ingrates et n’arriveront jamais à rien dans la vie. Belle éducation n’est-ce pas?

D’autres experts aussi s’inquiètent :  » Ces mères ne se rendent pas compte qu’elles font de leur gamines des objets sexuels. »

Et oui, qu’on m’annonce que les photos des Mini Miss resurgissent sur des sites pédophiles ne m’étonnerait même pas. L’accoutrement et les manies de ces gosses, encouragées par leurs mères frisent la vulgarité ou le sont carrément. C’est presque de la provocation… certaines de ces fillettes sont le portrait craché de Christina Aguillera qui n’est pas un modèle d’élégance.

Que penser alors lorsqu’il y a dix ans, Jon Benêt Ramsey, une Mini Miss de six ans est retrouvée assassinée dans le sous-sol de sa maison? Les parents avaient été longtemps soupçonnés mais le meurtrier de cette petite n’a jamais été retrouvé. L’affaire avait choqué l’Amérique… Mais je finis par croire que nombre d’américains ont la mémoire courte, puisque le phénomène des Mini Miss a explosé ces dernières années.

J’ai une peine immense pour ces gamines, qui s’exposent à un monde d’adultes qui projettent sur elles leurs rêves déçus, qui peuvent être les victimes de pédophiles qui projettent sur elles des fantasmes et que les parents qui devraient les préserver, les présentent comme des objets sexuels, des objets de consommation. Que penser lorsqu’une gamine de 4 ans doit se préparer pour un concours tous les quinze jours? Que restera-t-il de leur enfance volée?

Personne ne s’interroge sur ce que les gamines aimeraient faire à la place de leur heure quotidienne d’entrainement aux concours. Elles préféreraient sans doute jouer, rester dans leur monde d’enfant, profiter… Mais non, tout le monde s’en fout.

Les Mini Miss, c’est vendeur, et ça marche…
Heureusement que chez nous les concours quoique discutables sont nettement moins extrêmes.