Être parent pendant une infection par le coronavirus : Conseils pour les familles avec enfants

parenting during coronavirus tips for families with kids 5f09c411c87a3 - Être parent pendant une infection par le coronavirus : Conseils pour les familles avec enfants

La pression de jongler avec le travail, les corvées et l’emploi du temps scolaire de vos enfants pendant le confinement peut sembler écrasante. Mais il y a des mesures que vous pouvez prendre pour garder un sens de la structure (et votre santé mentale)!

 

Le stress unique auquel sont confrontés les parents pendant COVID-19

Avec la fermeture des écoles et de la plupart des lieux de travail à cause de COVID-19, beaucoup d’entre nous se sont retrouvés face à une nouvelle situation familiale, souvent très stressante. En plus de devoir travailler à la maison et tenir le ménage, vous essayez sans doute de maintenir vos enfants sur la bonne voie en ce qui concerne leur travail scolaire virtuel, tout en étant confiné à la maison, coupé du soutien de vos amis et de vos proches. Avec toute la famille qui occupe le même espace jour après jour, la tension peut sembler implacable. Si vous ou votre conjoint avez été mis à pied ou avez perdu votre source de revenus, la pression financière peut ajouter encore plus de stress. En tant que parent, il est facile de penser que vous avez tellement de rôles à remplir que vous ne pouvez en remplir aucun correctement. Mais il est important de se rappeler qu’il s’agit d’une situation unique, d’une urgence sanitaire mondiale à laquelle aucun d’entre nous n’a eu à faire face auparavant. Ne vous en voulez pas si vous ne fonctionnez pas comme d’habitude. Cela peut s’appliquer à la qualité de votre travail, à l’entretien de votre maison ou à votre capacité à maintenir vos enfants concentrés sur leurs travaux scolaires. En y allant doucement avec vous-même et en suivant ces conseils pour garder un sens de l’équilibre, vous pouvez maîtriser votre niveau de stress et rendre chaque jour un peu plus facile pour votre famille – et pour vous-même.

Aider vos enfants avec les cours en ligne et les travaux scolaires

<

La pandémie de coronavirus a jeté beaucoup d’entre nous dans le rôle d’enseignant de facto à la maison. En plus de toutes vos autres responsabilités, vous pouvez avoir du mal à garder vos enfants sur la bonne voie ou à les aider à faire leurs devoirs, surtout s’ils sont dans des classes différentes. Gardez à l’esprit que c’est aussi une période stressante pour les enfants, et qu’il est normal qu’ils régressent ou qu’ils agissent d’une manière qu’ils ne feraient pas normalement. En y allant doucement avec vos enfants, vous pouvez les aider à réduire leur niveau de stress, ainsi que le vôtre.

Jointez vos forces avec d’autres parents. Communiquez par téléphone, par e-mail ou par les médias sociaux et échangez des conseils pour que vos enfants restent concentrés et engagés. Vous pouvez également organiser une activité virtuelle ou un groupe d’étude, ce qui présente l’avantage supplémentaire d’offrir une interaction sociale à votre enfant. La collaboration avec d’autres parents peut également vous aider à vous sentir moins isolé.

Connectez-vous avec le professeur de votre enfant. N’oubliez pas qu’ils s’en sortent aussi par tâtonnements. Soyez honnête sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. L’enseignant de votre enfant connaît bien ses points forts et ses points faibles sur le plan scolaire, il pourra donc vous aider à élaborer un plan d’apprentissage plus personnalisé. Mais il n’est pas nécessaire de devenir fou avec des horaires à code de couleur si ce n’est pas votre style. Créez simplement un schéma général que vous pensez pouvoir maintenir la plupart du temps et qui laisse de la place pour la flexibilité et les temps morts. Si possible, essayez de désigner un espace de travail pour chaque membre de la famille.

Définissez des objectifs – et célébrez leur réalisation. Puisque tant de choses ont été retirées de notre vie quotidienne, avoir quelque chose à espérer peut aider les enfants à rester motivés. Mettre en place de petites récompenses, comme regarder un épisode de sa série préférée, peut les aider à s’attaquer à ce devoir de mathématiques désagréable. Faites participer toute la famille. Si vous vous fixez tous quelques objectifs et planifiez des pauses ensemble, vos enfants verront que vous formez une équipe.

Get creative with lessons. Faire une expérience scientifique, par exemple, ou cuisiner avec des mesures, peut être un bon moyen de donner vie aux leçons. Et tenez compte des points forts de votre enfant. S’il aime dessiner et écrire, c’est le bon moment pour le libérer avec des crayons et du papier.

Vulnérabilité de la pratique (et encouragez vos enfants à faire de même)

<

Voyons les choses en face : ces circonstances sont loin d’être idéales, et à un moment donné, un conflit à la maison est inévitable. Lorsque vous sentez que votre frustration commence à s’accumuler, prenez un temps d’arrêt et essayez de vous séparer avant que la situation ne s’aggrave. Si vous perdez votre sang-froid, attendez que tout le monde se calme, puis excusez-vous. Soyez honnête avec vos enfants et faites-leur savoir quand vous vous sentez dépassé. En même temps, encouragez-les à être honnêtes sur leurs sentiments et leurs frustrations.

S’occuper de soi pendant la pandémie n’est pas un luxe, c’est essentiel

Vous avez probablement l’impression d’être tiré dans tous les sens en ce moment, et vous pouvez à peine vous occuper de vos besoins essentiels, sans parler de vous détendre. Mais en période de stress et d’incertitude, il est important de ne pas se négliger. N’oubliez pas que vous ne pouvez pas vous remplir à partir d’une tasse vide. Mieux vous vous occuperez de vos propres besoins, mieux vous serez équipé pour subvenir aux besoins de vos enfants et de tous les autres membres de votre famille. Faites-vous une place, que ce soit en vous promenant seul, en pratiquant une technique de relaxation ou en prenant un bain moussant.

<Priorité à votre bien-être. Le manque de structure actuel peut faciliter l’apparition de mécanismes d’adaptation qui peuvent se transformer en mauvaises habitudes, comme manger trop, boire trop ou se droguer. Le stress et l’incertitude peuvent également rendre le sommeil difficile. Essayez de privilégier votre bien-être autant que possible. Cela signifie manger sainement, faire de l’exercice et respecter un horaire de sommeil régulier.

Ne vous préparez pas à l’échec. Soyez réaliste quant à ce que vous pouvez accomplir. Faites du mieux que vous pouvez, mais essayez de garder du recul. Si vous ne pouvez pas vous résoudre à organiser la visite virtuelle du musée ou si les enfants finissent un soir par manger des biscuits pour le dîner, ne désespérez pas. Il n’existe pas de guide à ce sujet, et tout le monde le prend au jour le jour. Essayez de ne pas tomber dans le piège de la comparaison. Chaque famille a ses propres préoccupations et priorités.

Retrouvez de vieilles passions. Pensez à des passe-temps que vous aimez mais pour lesquels vous avez rarement le temps. Peut-être y a-t-il une compétence que vous aimeriez apprendre, comme le tricot ou la fabrication de bijoux, mais que vous n’avez pas encore acquise. Si vous pouvez vous donner le temps et l’énergie nécessaires, les activités que vous aimez peuvent vous aider à réduire le stress et à rendre votre journée plus joyeuse.

Prenez le temps de rire. Il y a certainement beaucoup de peur et de chagrin dans le monde en ce moment, mais il y a toujours des occasions de rire et de se détendre. Essayez de créer des occasions de vous amuser avec votre famille. Construisez un fort en oreillers dans le salon et racontez des histoires de fantômes ou regardez de vieux albums ensemble. Faites rôtir des guimauves sur le poêle.

Apaisez l’anxiété de vos enfants face aux coronavirus

Alors que certains enfants se contentent de lire ou de jouer à des jeux vidéo plutôt que de se concentrer sur la situation dans le monde en ce moment, d’autres peuvent se poser des questions. Vos enfants peuvent avoir exprimé des craintes à propos de la pandémie, ou avoir montré un changement de comportement, comme le fait de ne pas pouvoir dormir la nuit.

Il peut être difficile d’aborder le sujet de la pandémie de coronavirus sans effrayer les enfants. Pourtant, vous devez vous assurer qu’ils comprennent l’importance des mesures de sécurité, comme la distanciation sociale et le lavage des mains. En restant vous-même calme et en gérant la prise d’informations par les jeunes enfants, vous pouvez les informer sur le COVID-19 sans les accabler.

Comment diriger la conversation

  • Gérez d’abord vos propres inquiétudes. Assurez-vous de ne pas être dans un état d’anxiété lorsque vous parlez à vos enfants, sinon ils reprendront votre énergie et vos tentatives de les rassurer seront perdues. Si vous avez du mal à le maîtriser, il existe de nombreuses mesures que vous pouvez prendre pour gérer votre propre peur et votre anxiété.
  • Découvrez ce que votre enfant sait déjà. Vous pouvez aborder la discussion en demandant à votre enfant ce qu’il a entendu. Cela vous permettra de dissiper toute idée fausse.
  • Parlez à un niveau approprié à l’âge de votre enfant. Si votre enfant est jeune, ne lui donnez pas trop d’informations, car cela pourrait faire travailler son imagination. Essayez plutôt de répondre aux questions qu’il pourrait avoir. Il est normal de ne pas tout savoir ; si votre enfant est plus âgé, aidez-le à trouver des informations précises auprès des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ou de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
  • Concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler. Parler à vos enfants des précautions que vous prenez en matière de sécurité peut les responsabiliser. Rappelez-leur de se laver les mains pendant 20 secondes (le temps qu’il faut pour chanter « Joyeux anniversaire » deux fois) lorsqu’ils entrent de l’extérieur, avant de manger, après s’être mouché, avoir toussé, éternué ou être allé aux toilettes. Expliquez que la réduction des contacts étroits avec d’autres personnes empêche le virus de se propager, il est donc important de rester à la maison autant que possible.
  • Offrez du réconfort et de l’honnêteté. Si vos enfants ont peur de contracter le virus, rassurez-les en leur disant que les enfants ne semblent pas être aussi malades que les adultes. Regardez les nouvelles avec des enfants plus âgés pour leur expliquer ce qu’ils entendent et pour mettre les choses en contexte.
  • Gardez les lignes de communication ouvertes. Pour éviter que la peur ne s’installe, dites à vos enfants que vous les tiendrez au courant au fur et à mesure que vous apprendrez des informations. Vous pouvez également utiliser cette occasion pour leur expliquer comment leur système immunitaire combat la maladie.

Gérer les inquiétudes des adolescents concernant COVID-19

<

Même si les jeunes enfants peuvent être effrayés par la pandémie, les enfants plus âgés et les adolescents sont plus susceptibles d’être ennuyés par les restrictions qu’elle entraîne. Passer du temps avec leurs pairs est extrêmement important pour les adolescents, de sorte qu’ils peuvent se rebeller contre les directives de distanciation sociale. Si vous avez du mal à faire respecter les règles ou si vos interactions ressemblent toujours à une lutte de pouvoir, ne désespérez pas. Il existe des moyens de traverser cette période sans devenir sergent instructeur ou sans transformer votre maison en zone de guerre.

Expliquez pourquoi la distanciation sociale est importante. Les adolescents ont tendance à se sentir invincibles dans le meilleur des cas. Pendant cette pandémie, ils savent que le virus ne représente pas forcément un risque aussi important pour eux que pour les personnes âgées. Mais cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent pas propager la maladie et causer des souffrances extrêmes aux autres. Expliquez-leur que même s’ils se sentent bien, ils peuvent être porteurs asymptomatiques et transmettre le virus aux personnes les plus à risque, y compris leurs propres grands-parents ou d’autres membres de la famille ayant des problèmes de santé sous-jacents.

<Empathize avec leurs frustrations. En plus de toutes les autres frustrations liées au confinement, les enfants plus âgés peuvent également manquer des événements scolaires importants tels que les examens, les danses et les remises de diplômes. Validez leurs sentiments et écoutez-les sans essayer de les convaincre qu’ils iront bien ou de leur rappeler que d’autres ont des problèmes plus graves. En partageant vos propres déceptions et frustrations, vous ferez partie de la même équipe. Encouragez vos enfants à faire preuve de créativité dans leurs interactions avec leurs amis. Si vous avez des limitations concernant les médias sociaux et l’utilisation du téléphone, pensez à les détendre pendant cette période.

Laissez-les établir leur propre horaire. Bien qu’un sens de la structure soit encore nécessaire pour les adolescents, les traiter comme des petits enfants ne fera qu’alimenter la rébellion. Donnez-leur des choix lorsque c’est possible et faites-leur savoir que vous êtes disponible pour les aider à rester sur la bonne voie et à prévoir des pauses s’ils en ont besoin. Donner de l’autonomie à votre adolescent, c’est aussi le tenir responsable de certaines tâches, comme aider à la cuisine et au nettoyage.

Encourager la pleine conscience

<

Comme vous, il est peu probable que votre adolescent ait déjà connu l’incertitude sur ce type d’échelle. Ils peuvent craindre pour leur avenir, surtout s’ils ratent les tests d’admission à l’université ou les activités d’été censées les aider à remplir leurs dossiers de candidature ou à obtenir une bourse. Les enfants plus âgés peuvent s’inquiéter de savoir s’ils pourront retourner à l’université à l’automne.

La pratique de la méditation consciente vous encourage à vivre toutes ces émotions difficiles sans jugement. En ces temps difficiles, elle peut être bénéfique pour vous et vos enfants adolescents. Rappelez-leur qu’il est normal de se sentir stressés et anxieux, mais qu’ils doivent essayer de ne pas s’attarder sur les pires scénarios. Après tout, même dans les meilleurs moments, un élément d’incertitude est toujours une partie inévitable de la vie.