4 fondamentaux du jardinage écolo

Par Jasmine Mansouri , le 15 février 2022 , mis à jour le 20 août 2022 - 6 minutes de lecture
visu fondamentaux jardinage ecolo du 4 - 4 fondamentaux du jardinage écolo

Le jardinage écologique est un modèle de jardinage aussi raisonné que responsable. Il s’agit de jardiner dans le respect de l’écosystème, de la biodiversité, de l’environnement. C’est aussi travailler en harmonie avec Dame Nature pour restaurer les équilibres écologiques. À la clé, on remédie à la détérioration de notre environnement tout en offrant un abri naturel aux espèces de faunes inoffensives et utiles dans le maintien de l’équilibre de l’écosystème. On limite de surcroît le gaspillage, on économise l’énergie et on se permet de cultiver des fruits et légumes respectueux de la santé. Afin que l’on puisse le maîtriser, il est question de respecter scrupuleusement les quatre principes fondamentaux que nous détaillerons tout au long de cet article.

Jardin écolo : la bonne plante au bon endroit

En d’autres termes, le jardinage écologique est basé sur un principe selon lequel la nature détient suffisamment de ressources afin de se suffire à elle-même et de permettre aux jardiniers de bénéficier d’un résultat plus que satisfaisant. C’est un concept que chacun peut s’approprier, qu’il soit un jardinier chevronné ou un néophyte. On peut en profiter pour donner vie à un jardin potager, un verger ou un jardin d’agrément écologique.

Jardiner avec la nature est particulièrement gratifiant et ne requiert qu’un minimum d’efforts dans la mesure où l’on se plie à ses conditions et on n’agit pas contre elles. L’adoption du jardinage écologique passe donc inexorablement par une meilleure connaissance de l’environnement de son jardin. Il convient alors de prendre le temps de bien connaître les conditions climatiques locales, de même que les caractéristiques du sol, la zone de rusticité de la région, etc. Pour ce qui est de l’analyse de la composition du sol, le mieux est d’envoyer un échantillon de terre à un laboratoire.

Ce faisant, on peut choisir judicieusement ses plantes ainsi que leur emplacement. Comme un poisson dans l’eau, une plante placée au bon endroit s’épanouit pleinement puisque cet emplacement répond au mieux à ses exigences. Elle ne demande dans ce cas que très peu de soins. Par exemple, un végétal qui par nature aime l’ombre et les sols frais résiste aussi bien aux ravageurs qu’aux maladies si on le plante dans ces conditions.

Les jardiniers qui souhaitent en savoir plus sur les serres de jardin car désireux de miser sur ces équipements pour protéger leurs plantes peuvent solliciter directement un professionnel en la matière. Des boutiques en ligne proposent un choix varié et qualitatif pour des serres de jardin qui dureront dans le temps.

media fondamentaux jardinage ecolo du - 4 fondamentaux du jardinage écolo

Enrichissez le sol de manière responsable

Le jardinage écologique suppose également que l’on nourrisse comme il se doit le sol autant que ses organismes vivants. C’est sans doute le meilleur moyen de combler les besoins nutritifs de chaque plante et d’en booster la croissance. Afin d’améliorer la structure du sol de son jardin et d’éviter qu’il ne s’appauvrisse à une vitesse grand V, on ne doit pas hésiter à miser sur le compost. Il s’agit d’une source d’humus qui contient des engrais à diffusion lente à la fois naturels et non polluants.

On peut en fabriquer à partir de ses déchets de cuisine et de jardin. Il s’inscrit dans une logique de développement durable puisqu’il encourage le recyclage des déchets organiques et contribue à la lutte contre la pollution. De plus, le compostage est un processus entièrement naturel et il favorise la biodiversité en permettant à la faune et la flore décomposeuses de se développer dans le jardin. Il peut se faire soit à l’aide d’un composteur, soit dans un tas à l’air libre. Le compostage se révèle également financièrement intéressant. La raison est une évidence : il permet au jardinier d’enrichir gratuitement le sol de son jardin et de s’affranchir des engrais qui fragilisent les végétaux, perturbent la terre et contaminent les eaux souterraines.

Il faut idéalement fabriquer son compost ou en préparer une « lasagne » durant l’automne. Si besoin, on peut miser sur la synergie compost et engrais 100 % naturels. C’est le cas lorsque l’on souhaite pallier une carence minérale ou répondre efficacement aux besoins de certains végétaux gourmands.

Découragez naturellement les indésirables

Les pucerons, les mauvaises herbes, les limaces, les chenilles, les maladies et les autres indésirables constituent sans doute la hantise des jardiniers. Heureusement, il est tout à fait possible de les tenir à l’écart du jardin sans recourir à des pesticides et autres produits chimiques.

On peut par exemple miser sur le marc de café afin d’éloigner les chenilles et planter des plantes répulsives à proximité du potager pour décourager les limaces. Ces dernières se trouvent également dans la chaîne alimentaire de la poule, de la grenouille et du hérisson. En attirant les coccinelles et les chrysopes vertes au jardin, on peut lutter naturellement contre les pucerons. L’œillet d’Inde a aussi la capacité d’éloigner ces ravageurs.

Pour ce qui est des adventices, l’idéal est de les contrer en mettant en place un faux semis ou un paillage. Si jamais elles se manifestent malgré tout, alors on opte pour le désherbage thermique, l’ébouillantage sans sel ou le sarclage.

fondamentaux jardinage - 4 fondamentaux du jardinage écolo

Utilisez intelligemment l’eau pour éviter le gaspillage

Le meilleur moyen d’y parvenir est de collecter l’eau de pluie grâce à un collecteur impeccablement propre (bac, baignoire, citerne, tonneau…). On doit aussi avoir le réflexe de réutiliser l’eau que l’on a utilisée pour laver ses légumes.

Ensuite, il est conseillé de limiter à leur strict nécessaire les besoins en eau. Pour ce faire, il apparaît plus opportun de biner hebdomadairement la terre, c’est-à-dire de décompacter les mottes de sa couche superficielle. Une terre correctement ameublie absorbe facilement l’eau. Le paillage ou mulching est aussi préconisé puisqu’il permet de créer une couche de matières organiques broyées pouvant conserver l’humidité à proximité des plantes.

On ne doit arroser les plantes que rarement. Cependant, à chaque fois que l’on s’y attèle, il faut utiliser suffisamment d’eau afin de bien mouiller en profondeur le sol. Sinon, on peut aussi arroser le plus tôt possible le matin ou tard le soir dans le but de tirer profit de l’humidité nocturne.

Au-delà des grands principes évoqués précédemment, il est aussi conseillé de privilégier la plantation de haies, ces dernières étant de parfaites sources de biodiversité. Puis, il convient de privilégier les interventions naturelles et manuelles, mais également de tolérer les imperfections.