...

Anorexie – Mon assiette, un miroir à cauchemars

Par Aïda B.
Modifié le
Lecture: 5 minutes
© DepositPhotos

Ne pluanorexie-maison-de-solenn1s oser informer son enfant que son repas est prêt car cela suffirait à déclencher une crise…Nombreuses sont les familles où la nourriture devient une hache de guerre ou un tabou. Trop plein, trop peu, jusqu’à ne plus savoir ce que manger veut dire.
Les troubles du comportement alimentaire prennent des formes variées, souvent difficiles à percevoir car les stratégies de dissimulation de ceux qui en souffrent sont subtiles. Si l’anorexie et la boulimie semblent aux antipodes l’une de l’autre, elles ont pourtant des terrains de rencontre. Il est fréquent de passer de l’une à l’autre, tant que l’on n’a pas déjoué ce qui fait souffrir au point de faire de la nourriture une « chose mentale ».



De plus en plus jeunes…
En France, chaque année, environ 40 000 jeunes filles s’avouent anorexiques et trois adolescentes sur dix boulimiques. Des chiffres qui sous-estiment la réalité. Chez les garçons, ces phénomènes sont plus rares mais ils existent. Les garçons représentent trois boulimiques sur dix et un anorexique sur dix. L’adolescence est propice à ces dérèglements mais on observe des formes d’anorexie dès la petite enfance. Ces anorexies, dites « d’inertie » pour les nourrissons de moins de 3 mois et de « sevrage » ou « d’opposition » pour les bébés un peu plus grands, ont des causes très spécifiques, non comparables à ce qui trouble les enfants plus âgés. En revanche, lorsque des fillettes de 8-10 ans développent des troubles, on peut se poser la question des influences provenant du collège et du lycée. Mais les causes sont complexes et entremêlées. L’apparition de ces cas précoces, qui touche des profils socioculturels de plus en plus variés, est récente. Actuellement, parmi les jeunes patients traités à l’hôpital Robert-Debré de Paris pour anorexie, 30 % ont entre 8 et 12 ans. Un sondage mené au Canada par des chercheurs de Toronto en 2005 révélait que 55 % des fillettes de 8 à 10 ans voulaient perdre du poids et que 21 % des écolières de maternelle se trouvaient trop grosses.

Des symptômes discrets, des complications sévères
La boulimie peut paraître facile à détecter et pourtant bon nombre de parents ignorent que leur enfant est concerné. La prise compulsive d’aliments, à toute heure de la journée voire de la nuit, est un acte caché. Très fréquemment, la personne boulimique se fait vomir (ou plus précisément régurgiter) après une « crise » donc la prise de poids n’est pas systématique et il peut même y avoir quelques kilos en moins. Des indices peuvent alerter : la recherche de substances laxatives, un intérêt croissant pour internet (pour consulter les forums dédiés aux troubles alimentaires), une irritabilité et un repli sur soi… La dépression est un corollaire très fréquent, pouvant aller jusqu’à la tentative de suicide, faute de savoir comment sortir de cette obsession qui détruit l’estime de soi. La norme plane comme un paradis perdu, lorsque l’on ne ressent plus la faim mais simplement un vide immense impossible à combler.



Les symptômes de l’anorexie peuvent également être dissimulés, d’autant que le déni est quasi systématique. Le dynamisme (voire l’hyperactivité), les prouesses intellectuelles et sportives, le plaisir de cuisiner pour les autres et l’apparente joie de vivre peuvent faire penser que tout va bien. Mais très vite, la perte de poids et le refus de partager des repas apparaît. Cependant, avant de parler d’anorexie, mieux vaut éliminer toute cause organique qui expliquerait la perte de poids. Si l’état anorexique dure, des complications sont à craindre : détérioration des fonctions digestives, des dents, des cheveux et de la peau, du squelette, hypotension, hypothermie, aménorrhée voire, dans les cas extrêmes, un retard ou un arrêt de la croissance et des complications cardiaques.

Des causes difficiles à cerner
Au XXe siècle est née l’idée que nous étions responsables de notre bien-être et de notre beauté, avec, pour nous y inciter, un éventail fantastique de solutions : cosmétiques, chirurgie, « coachs »… Un lien étroit s’est instauré entre maîtrise de son corps et qualités morales. Le corps devient une métaphore de ce que l’on veut dire au monde. Le professeur Philippe Jeammet, spécialiste des troubles alimentaires chez les adolescents, explique à quel point les anorexiques sont déterminés : « Maigrir est une ascèse qui donne un sens à leur vie et les rassure sur leur valeur, comme d’autres se confortent de la rigueur de leur pensée ou de la vigueur de leurs engagements militants. »

Par ailleurs, la légitime lutte contre l’obésité infantile a peut-être des effets pervers que l’on commence seulement à mesurer. Dès l’école maternelle, les enfants sont amenés à réfléchir sur ce qu’ils mangent. Lorsque le terrain affectif de l’enfant est stable, les notions de diététique seront assimilées tranquillement. Si le contexte familial est fragilisé et que les informations auront été mal accompagnées, cela sera moins évident. Cela s’ajoute au fait que nos enfants sont très sollicités pour être éveillés, responsables, performants…et qu’ils peuvent être tentés de freiner le processus qui les mènent à marche forcée vers l’âge adulte.

Une prise en charge délicate
Aider les anorexiques et les boulimiques est un « travail d’orfèvrerie », dit le professeur Jeammet. Il faut avancer à pas de loup pour tendre la main. Une approche pluridisciplinaire est recommandée car ces maladies concernent l’être dans son ensemble. Mais ce travail en profondeur, destiné à retrouver l’harmonie, peut servir de base solide pour le reste de la vie. Une fois la souffrance et les dangers passés, il n’est pas rare que la personne apaisée se sente enrichie et fortifiée, comme après un étrange voyage.

Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.