La prise en charge d’un stress post-traumatique

Le 24 mars 2020
media traumatique stress 800x533 - La prise en charge d'un stress post-traumatique

Nous sommes tous susceptibles, au cours de notre existence, de vivre certains événements traumatisants. Que l’on soit la victime, un simple témoin, ou parfois même l’auteur, les séquelles peuvent nous hanter jusqu’à ce qu’un état de stress post-traumatique s’installe. Comment se fait la prise en charge de cet état pathologique ? Quels sont les traitements efficaces possibles ? On en parle dans cet article après avoir expliqué ce qu’est le stress post-traumatique.

Le stress post-traumatique, parlons-en !

Le stress post-traumatique est un état pathologique dans lequel se retrouve un individu à la suite d’un événement dramatique. Parmi les origines de cet état, on retrouve souvent la mort d’un proche, mais également :

  • Une blessure physique grave ;
  • Un accident ;
  • Une catastrophe naturelle (séisme, volcan, tsunami…) ;
  • Une épidémie, ou une pandémie;
  • Une scène de guerre…

C’est donc la peur, l’horreur et la culpabilité qui sont les principaux vecteurs du stress post-traumatique. Ce dernier se manifeste de plusieurs manières. Une personne peut revivre mentalement l’événement traumatique, tandis qu’une autre peut éviter le sujet, avoir des troubles cognitifs et émotionnels, des troubles de sommeil, et devenir hypervigilante. Une respiration très rapide, les tremblements, la transpiration excessive, les difficultés de concentration et la difficulté de ressentir certaines émotions comme la tendresse ou le désir sexuel sont d’autres symptômes. La dépression ou une démotivation générale est la conséquence ultime de tout cela.

Quels traitements contre le stress post-traumatique ?

Certaines études ont montré que 8 à 10 % de la population mondiale souffre à un moment ou à un autre du stress post-traumatique. Bien qu’éprouvant, le mal peut cependant être traité. Plusieurs thérapies peuvent ainsi être envisagées selon le degré de réceptivité du patient.

L’hypnothérapie

visuel traumatique stress charge prise post - La prise en charge d'un stress post-traumatique

L’hypnose Ericksonienne est une méthode de soin qui a fait ses preuves dans la prise en charge du trouble du stress post-traumatique. Brève, elle permet, en quelques séances, au patient de trouver des réponses lui-même et de mieux contrôler ses émotions. Des professionnels pratiquant ce type de thérapie sont présents partout en France et l’idéal est de faire appel à ceux qui sont proches de chez vous. On peut ainsi facilement atteindre ses objectifs avec de l’hypnose à Versailles si l’on vit à Paris, par exemple, et se libérer de la souffrance.

Loin des idées préconçues que véhicule le cinéma, l’hypnose est un traitement thérapeutique réel. Elle a aidé beaucoup de personnes, notamment dans un processus de sevrage tabagique. Mais elle est aussi utile pour la gestion des phobies, des crises d’angoisse, pour perdre du poids et regagner de la confiance en soi.

Pour cela, sa place dans la gestion des traumatismes est importante. Dans ce cas, l’hypnose agit en trois points clés :

  • L’identification des sources du stress post-traumatique ;
  • La neutralisation des émotions négatives conscientes et inconscientes ;
  • La reconstruction.

Un traitement par hypnose permettra de ramener le patient à l’époque de l’événement traumatisant. Le but est de l’aider à faire face à la source de son traumatisme et à comprendre que le mal est déjà passé. Un processus logique de cicatrisation du souvenir survient donc.

Par exemple, le stress post-traumatique peut résulter du fait que le sujet atteint n’arrive plus à faire la différence entre ses cauchemars et ce qui s’est réellement passé. Dans le même temps, il refuse de se rappeler les événements par crainte de la douleur et de la peur que cela pourrait provoquer. Le traitement par l’hypnose l’aidera alors à distinguer la réalité des illusions et à réagir de manière plus rationnelle.

La thérapie cognitive et comportementale

Pour traiter un stress post-traumatique, la thérapie cognitive et comportementale est une autre des approches psychothérapeutiques. Elle est efficace sur près des 2/3 des sujets. C’est une thérapie qui fait appel à plusieurs techniques dont :

  • La correction cognitive ;
  • La thérapie par exposition en imagination et in vivo (dans la vie réelle)…

La correction cognitive amènera le sujet à remettre en cause (corriger) ses perceptions et ses interprétations de son environnement ainsi que de tout ce qui a pu participer à la construction de son stress. Ses pensées dysfonctionnelles seront ainsi modifiées. En complément, l’exposition en imagination et l’exposition in vivo consistent à mettre graduellement le patient dans des conditions qui peuvent lui rappeler l’événement traumatique qu’il redoute. Il s’habituera progressivement à tous les éléments du quotidien qui peuvent lui rappeler l’événement. Il réagira donc de mieux en mieux lorsqu’il leur est confronté.

La thérapie EMDR

L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une technique intermédiaire entre l’hypnose et la thérapie cognitive et comportementale. Elle peut traiter les traumatismes liés à des souvenirs qui datent de plusieurs années. Depuis 1987, elle est utilisée chez des patients de tous les âges.

Le patient doit se concentrer sur l’événement qui le perturbe, tout en se focalisant également sur les souvenirs sensoriels qui y sont liés. Le thérapeute l’aide alors par diverses sortes de stimulation (mouvements oculaires, stimulations tactiles ou sonores). Si le patient suit ces instructions et s’il est réceptif, un phénomène de distanciation vis-à-vis de ses émotions négatives lui permet de prendre du recul. Des sentiments positifs peuvent alors prendre le dessus et améliorer sa qualité de vie.

Les traitements médicamenteux

En plus de l’hypnose et des autres traitements mentionnés, certains médicaments peuvent aider les personnes qui luttent contre le stress post-traumatique. Actuellement, on recommande des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine 2 (ISRS), comme la paroxétine et la sertraline. Si le mal persiste toujours, d’autres ISRS comme la fluoxétine ou la fluvoxamine peuvent être prescrites.

Le médecin peut également prescrire des antidépresseurs tricycliques comme l’amitriptyline ou l’imipramine. De plus, au cas où la pathologie entraîne un important trouble du sommeil, des somnifères peuvent être proposés pour une courte durée.

Comment prévenir le stress post-traumatique ?

Même après avoir vécu un événement traumatisant, il est possible de ne pas sombrer dans le stress post-traumatique grâce à des mesures de prévention. En premier, il est important que le sujet traumatisé ne s’isole pas. Au contraire, il faut qu’il renforce son intégration et qu’il partage sa mauvaise expérience avec ses amis, sa famille et tout son entourage. Cela lui permettra de dédramatiser le plus tôt possible la situation. De plus, il est préférable d’éviter l’alcool, le tabac et la drogue. L’objectif, c’est d’affronter la situation et non de la fuir.

Un groupe d’entraide et une prise en charge professionnelle peuvent aussi être très utiles.

Que retenir ? Le stress post-traumatique modifie (de façon nocive) le comportement du sujet qui en souffre. Heureusement, il existe des thérapies efficaces qui peuvent vous aider. N’hésitez pas à consulter par exemple un expert de l’hypnose Ericksonienne pour réellement tourner la page et ressentir à nouveau le plaisir de vivre.