« La Peur » de Stefan Zweig au Théâtre Michel : une adaptation saisissante et réussie

Le 22 mars 2017

399e5c0b27c5337e0ebe449e92056bd7 - « La Peur » de Stefan Zweig au Théâtre Michel : une adaptation saisissante et réussie
affiche La peur

Depuis le 7 octobre 2016, se joue au théâtre Michel à Paris la nouvelle adaptation de Stefan Zweig :  « la Peur » mise en scène par la talentueuse Elodie Menant. C’est un huit-clos joué par trois comédiens qui excellent dans une interprétation magistrale et chaotique.

Ce thriller amoureux finement mené remporte un vif succès et joue les prolongations pour celles et ceux qui auraient manqué cet évènement incontournable jusqu’au 20 mai 2017. Dès les premières scènes, le spectateur est captivé par la Peur qui se dégage et qui se ressent de près ou de loin.  Stefan Zweig y analyse la peur et ses conséquences tout en orchestrant les sensations, les comportements humains et la panique des sens. C’est une véritable pièce qui nous embarque dans une histoire pleine de rebondissements et je ne vous dirai pas le dénouement. Ce serait gâcher le plaisir d’aller la voir…. 

Coup de coeur théâtral

La mise en scène d’Elodie Menant est  le point fort de ce projet.  Le décor amovible mérite d’être souligné car il évolue en fonction des scènes. Des panneaux tournants nous conduisent de l’intérieur vers l’extérieur, du salon à la cuisine ou sur le balcon. C’est une petite maison des années 50 où la prosmicuité des pièces de vie donne une sensation d’étouffement. Un transistor d’époque où fusent le rock roll et quelques publicités du monde moderne. Le petit tailleur serré aux robes rétro et vintage symbolisant la féminité d’alors. Aussi, l’intrigue rappelle très vite les films américains où la femme au foyer est laissée pour compte dans une société principalement dominée par l’homme. L’histoire d’un couple aisé : Fritz, un avocat pénal qui travaille énormément et délaisse ainsi sa femme Irène et ses enfants. Irène, une femme bourgeoise qui se sentant seule, finit par tromper son mari avec Edouard, son professeur de piano que l’on ne verra jamais sur scène. Un soir, alors qu’elle sort de chez son amant, une femme mystérieuse l’aborde et se présente comme la compagne de son amant et la menace de tout raconter à son mari Fritz. est une histoire de vie rythmée où vous ne vous ennuierez pas une seule seconde et serez impatients de savoir comment Irène et son mari se sortiront ou pas de cette impasse conjugale que beaucoup de gens connaissent un jour ou l’autre. 

C’est alors que la tension commence. Un jeu autour de la peur et de l’amour. Un chantage dans lequel Irène s’engouffre et prend peur. Une peur qui se communique, une peur qui se ressent, une peur qui occupe toute la scène. La Peur est une histoire de vie rythmée où vous ne vous ennuierez pas une seule seconde et serez impatients de savoir comment Irène et son mari se sortiront ou pas de cette impasse conjugale que beaucoup de gens connaissent un jour ou l’autre. 

anzh 2LAPEUR1030x683  2 - « La Peur » de Stefan Zweig au Théâtre Michel : une adaptation saisissante et réussie

 

Des comédiens talentueux

Une mention spéciale aux comédiens : Aliocha ITOVITCH, Hélène DEGY et Ophélie MARSAUD qui régalent un spectacle au final enthousiasmant sans que le temps soit compté. 

 

anzh LAPEUR75sur2962  2 - « La Peur » de Stefan Zweig au Théâtre Michel : une adaptation saisissante et réussie

 

N’hésitez pas à aller voir cette pièce et à en parler autour de vous. Originale et surprenante, cette représentation vous donne des frissons. Si vous souhaitez réserver, vous pouvez le faire directement sur le site du théâtre sachant que la pièce se joue :

– le jeudi, le vendredi et le dimanche à 19H

– le samedi à 19H15

Relâches le 24 mars et du 1er au 10 mai

Les tarifs vont de 32 euros à 19 euros selon la catégorie choisie. 

 

Et pour ne rien rater de notre actualité, suivez nous sur Facebook, Twitter et Google + et abonnez-vous à notre newsletter.

Crédits photos : Karine Letellier