L’attrape-rêves de Claudia Llosa

Le 9 novembre 2016
tajine dz boulettes merlan - L'attrape-rêves de Claudia Llosa

b2ebc33371d4e1135b0356b41a7d0f4d - L'attrape-rêves de Claudia Llosa
affiche L’attrape Rêves

Sorti le 24 Octobre dernier sur les écrans, L’ATTRAPE-RÊVES de Claudia Llosa est un film original qui surprend par la beauté des paysages autant que par son thème.

Synopsis :

jennifer  the boys joseharo 6d51d - L'attrape-rêves de Claudia Llosa

 A Nunavut, dans le Grand Nord canadien, Nana Kunning  consulte un guérisseur pour  l’un de ses fils. Cette rencontre va bouleverser le cours de son existence. 

 

cillian 14bb4 - L'attrape-rêves de Claudia Llosa

20 ans plus tard, son fils aîné part sur les traces de sa mère, accompagné d’une journaliste française.

 

 

jennifer portrait b86a5 - L'attrape-rêves de Claudia Llosa

Nana est devenue guérisseuse de renom aux confins du Cercle polaire..

 

La réalisatrice CLAUDIA LLOSA parle de L’ATTRAPE REVES …

 » J’étais enceinte à l’époque et traversée par de nombreuses interrogations, du fait de mon état. Mes films précédents se situaient toujours du point de vue d’une fille. C’est la première fois ici que je raconte une histoire du point de vue d’un enfant et de sa mère. Je crois que j’avais besoin d’analyser ma propre transformation, de fille à mère.

Mon film traite de la maternité, mais aussi de l’individualité, de la difficulté à vivre pleinement son existence, malgré le deuil et les doutes, de l’obsession de la santé physique parfois au détriment de celle de l’âme. 

Nana Kunning est une mère ambiguë. Elle abandonne son fils pour s’occuper des autres. Quelles sont ses motivations secrètes ? Nana (Jennifer Connelly) est une mère au désespoir, prête à ouvrir toutes les portes pour aider son fils à guérir. Sa souffrance et son deuil me touchent. Je ne veux porter aucun jugement sur ce personnage mais comprendre ce qui la pousse à changer de vie et à abandonner son fils, et ce dans le but de trouver un sens à sa tragédie. Ce personnage me fait songer à un faucon qui surplombe tout depuis les airs. D’une certaine manière, elle est lucide mais sa hauteur de vue lui fait perdre pied avec la réalité. Je me suis demandée à plusieurs reprises ce que cela signifiait d’être une mère, sans parvenir à trouver une réponse définitive. La mère d’un enfant ou celle d’une communauté ?

Le concept de « mère parfaite » est un fantasme, tout comme celui de « femme fatale ». Ce sont des stéréotypes. Il est temps de les identifier comme tels. Nana est une mère aussi bonne que possible. On apprend tous de nos erreurs, mais aussi de nos succès. Nana aime ses enfants et ses actes sont motivés par l’instinct de survie. Ils sont la conséquence d’un drame qui la change : la perte d’un enfant. Nana prend une décision radicale car elle pense que rester détruira son fils aîné. Peut- être que le seul moyen d’accepter la disparition de son fils cadet est de croire que tout arrive pour une raison précise. Elle emprunte cet autre chemin qui s’ouvre à elle, celui de guérisseuse, manière symbolique de guérir son enfant défunt. Je ne veux pas faire de portraits idéalisés de femmes, c’est la seule manière de nous confronter à nos vrais conflits… »

 

Notre avis :

Des longueurs interminables. L’espace – des paysages d’étendues glacées (Le tournage a eu lieu à Winnipeg dans la province du Manitoba, au Canada) – semble se joindre au temps pour accentuer cette impression d’infini.

De longues minutes à attendre une action presque’inexistante mais pourtant extrêmement violente : Ivan traumatisé par deux morts dont il se sent responsable celle de son vautour (que sa mère lui a demandé de laisser s’envoler car le conducteur du bus refuse de les prendre avec l’animal) et  la noyade de son petit frère handicapé doit encore faire face à l’abandon de sa mère qui décide d’aller se faire shamann à l’autre bout du pays. On se demande aussi quels rapports elle entretient avec ce fameux guérisseur avec lequel elle était lorsque son fils est mort …

Tout le déroulé de ce film, y compris la fin, laisse une impression d’amertume que même le charme des acteurs principaux – certes très beaux – ne suffit pas à donner à cette histoire une raison d’être.

Décevant . 

Note : 4/10

 

Vous avez apprécié cet article ? Vous aimerez aussi Jeunesse de Julien Samani
 

Crédits photos : Prod