Exposition Invention / Design Regards croisés au CNAM

Le 18 février 2016
948af3dc2cf05b345beee202db5e9145 - Exposition Invention / Design Regards croisés au CNAM

948af3dc2cf05b345beee202db5e9145 - Exposition Invention / Design Regards croisés au CNAM
Exposition Invention Design Regards croisés au CNAM

C’est une exposition plutôt originale, Inventions design Regards croisés, qui se tient au Musée du Centre National des Arts et Métiers que je vous présente aujourd’hui. 

 

Initiée par le Musée des arts et métiers puis élaborée avec les Sismo, l’exposition explore les liens entre design contemporain et histoire des inventions à travers une sélection de 100 objets insolites ou quotidiens.

Elle est organisée autour de 4 thématiques communes au travail des inventeurs et des designers ; l’essentiel, l’audace, le contexte et la curiosité.

  • Avant d’évoquer l’exposition en elle-même, je voudrais faire un bref rappel sur le CNAM et sur le Studio SISMO.

Le CNAM ( Conservatoire National des Arts et Métiers)

 

Le Musée des Arts et Métiers est en fait le musée du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) fondé en 1794, une institution à l’origine destinée à sensibiliser les artisans, les ouvriers et les curieux de toute nature à l’objet technique, à partir de démonstrations de machines.

 

Le Cnam est aujourd’hui un grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche, et son musée joue un rôle majeur pour la diffusion de la culture scientifique et technique, la conservation et l’enrichissement des collections dont il a la charge.

 

À travers sept grandes collections (Instruments scientifiques, Matériaux, Construction, Communication, Mécanique, Énergie et Transports), le musée offre à voir près de 2 500 objets, reflétant les facettes les plus variées de l’histoire des sciences et des techniques et près de 80 000 objets (de l’Antiquité à l’époque contemporaine) sont conservés dans les réserves.

 

Le SISMO

 

Antoine Fenoglio et Fréderic Lecourt fondent Sismo en 1996.

 

Devenu un véritable « think thank » créatif , le Studio rassemble aujourd’hui une quinzaine de collaborateurs et a développé des méthodologies créatives incomparables dans la résolution de questions complexes qui dépassent de loin celles que les designers abordent généralement dans l’industrie manufacturière. Sismo tend une ligne de force entre culture et économie en gardant toujours l’humain au centre de leurs préoccupations. Le studio partage le design comme vecteur d’une amélioration de nos qualités de vie, l’instrument de perfectionnement des expériences vécues.

 

L’exposition 

 

L’Essentiel

Hélices, manomètres, téléphones mobiles ou radiateurs, au fil des années designers, inventeurs et industriels vont… à l’essentiel. 

Une série de vélos introduit l’exposition. 

Vélos de ville, de course, pliables ou électriques, pensés pour la compétition, le transport de charges lourdes ou nés de l’imagination d’un artiste, 

De l’ensemble chaîne-pédalier-moyeu qui composait déjà la bicyclette de la Belle Époque au vélo le plus perfectionné aujourd’hui, les deux-roues exposés ici montrent combien les fonctions d’un objet peuvent être multiples et comment ces fonctions influencent sa forme.

Toujours dans la partie « l’essentiel », des séries d’objets de consommation courante: autocuiseurs, ampoules, machines à écrire avec des explications permettent de comprendre la façon dont ont évolué certains de ces objets (formes, caractéristiques) alors que d’autres ont gardé des spécificités quasi identiques… 

Parfois même des caractéristiques mécaniques similaires et les mêmes éléments se retrouvent à plus de trois siècles de distance : La « marmite de Papin » avait, dès 1679 des caractéristiques adaptées pour résister à une forte pression (forme avec système de verrouillage, matériaux résistants moulés ou emboutis, structure …). L’autocuiseur domestique, même dans sa version connectée récemment commercialisée a peu ou prou les mêmes caractéristiques…

 

LA CURIOSITÉ

Être curieux, c’est d’abord développer une attention pour son environnement immédiat. 

C’est aussi trouver des solutions d’usage en s’intéressant aux modes de vie d’autres cultures et définir de nouvelles méthodes de création en s’inspirant d’autres univers, de la nature ou d’autres technologies ou disciplines comme les mathématiques ou la sémiologie pour innover.

Sphère armillaire et pendule astronomique du 18e siècle, ligne de vêtements et luminaires d’Issey Miyake créés à partir d’un logiciel ou déchets recyclés à partir d’une machine qui reprend le principe de fabrication de… la barbe à papa…telles sont les curiosités qui s’offrent au visiteur.

LES LUMINAIRES D’ISSEY MIYAKE  (2013)

 

LE CONTEXTE

Les designers conçoivent des objets et projets en adéquation avec les attentes de la société. Invention et objet manufacturé sont donc liés à un contexte qui peut être d’ordre général (conditions naturelles, culturelles, techniques), sociales ou personnelles (dépendant alors de l’inventeur ou du concepteur). 

Un exemple, la prise en compte du contexte géographique explique en partie, le recours massif au moulin à vent en Hollande et à la turbine hydraulique en France au 19e siècle. 

En revanche, ce sont les histoires singulières des designers Massoud Hassani et Singgih S. Kartono qui permettent de comprendre l’origine de leurs créations respectives. Le dispositif du premier, destiné à mettre hors service les mines antipersonnel, renvoie à son expérience de la guerre en Afghanistan. 

La fabrique artisanale de radios du second dit sa volonté de maintenir en vie son village natal indonésien en utilisant les ressources locales.

 

4ème et dernier axe de l’exposition : L’AUDACE

Cette partie de l’exposition gravite autour d’objets qui participent à changer notre rapport au monde.

Ainsi, le projet Protei de César Harada cible le problème de la pollution des océans. 

Le designer imagine un véritable drone marin capable de se déplacer seul grâce à la force du vent et des vagues et dont la coque composée de plusieurs éléments articulés lui permet d’épouser la forme des vagues tandis qu’une queue accrochée à l’appareil capture le pétrole répandu dans l’eau…

Pour toutes les informations pratiques (tarifs, horaires d’ouverture, inscription aux ateliers pour les jeunes visiteurs, rencontres avec les designers, visites guidées, vous pouvez vous rendre sur le site du musée). 

L’exposition se tient jusqu’au 6 mars 2016 mais je sais d’expérience qu’il pas agréable de se presser pendant les derniers jours de programmation des expos (foule, stress, sentiment d’être pressé par l’approche de l’échéance … )

Je suis pour ma part ravie d’y être allée car c’est une expo extrêmement originale qui vaut le détour.

 
Alors tenté(e)s ?

Pour ne rien rater de notre actualité, suivez nous sur Facebook, Twitter et Google + et abonnez-vous à notre Newsletter.

Crédits photo : CNAM