Locke and Key de Joe Hill et Gabriel Rodriguez

Le 12 décembre 2014
bcead7c3c82ee51fcdaadd6763a517b5 - Locke and Key de Joe Hill et Gabriel Rodriguez

bcead7c3c82ee51fcdaadd6763a517b5 - Locke and Key de Joe Hill et Gabriel Rodriguez
Locke and Key

Après le meurtre horrible de leur père, les trois enfants Locke, Tyler, Kinsey et Bode emménagent avec leur mère Nina à Keyhouse, la demeure ancestrale de leur famille.

 

 

Ils s’aperçoivent bientôt que cette maison renferme de nombreux secrets lorsqu’ils découvrent des clés magiques qui détiennent d’incroyables pouvoirs, comme celui de transformer une personne en fantôme ou d’effacer ses souvenirs. Ils ne sont pas seuls à connaître l’existence de ces clés : une créature démoniaque nommée Dodge est également à leur recherche dans le but d’ouvrir la Porte noire, qui donnera aux démons de l’enfer l’accès à notre monde.

 

Les comics ne se résument pas aux publications de super-héros Marvel ou DC, Locke and Key en est la preuve éclatante.

 

Composée de six tomes cette série enchaîne chapitre après chapitre les bonnes idées scénaristiques et les rebondissements.

L’histoire est centrée sur les enfants Locke, traumatisé par l’assassinat de leur père ils s’installent avec leur mère dans une maison où sont cachées des clefs. D’où viennent-elles, pourquoi les adultes ne peuvent-ils pas les utiliser et surtout d’où provient leur pouvoir ? Autant de réponses que les enfants vont chercher tout en essayant de survivre aux attaques de ceux qui convoitent les clés.

Avec ces clés Joe Hill, le fils de Stephen King, a eu une idée brillante, elles lui permettent de renouveler l’intrigue, de la complexifier. Tome après tome, de nouvelles clés avec de nouvelles fonctions apparaissent. Se téléporter, se changer en animaux, ouvrir un placard qui permet de réparer tout ce qui est cassé…

Les enfants vont apprendre à les utiliser pour se défendre, mais aussi pour comprendre le mystère qui les entoure, un mystère dont leur père semble la pierre angulaire.

 

Difficile de lâcher la lecture avant d’avoir fini les six tomes.

 

D’autant plus que le dessin est à la hauteur de l’histoire, le dessin de Rodriguez est assez classique mais c’est surtout dans le découpage des planches qu’il fait jouer toute sa créativité. Les mises en situation s’en trouvant plus dynamique, plus efficace. Il y a un vrai rythme et dans chaque page on sent la complicité entre le scénariste et le dessinateur.

 

Récompensée par de nombreux prix Locke and Key et une série incroyable, Joe Hill signe un scénario brillant bien mit en dessin par Gabriel Rodriguez. Impossible après avoir refermé un tome de ne pas vouloir connaître la suite.

 

Ma note : 10/10