Mélody de Sylvie Rancourt

Le 3 mars 2013
Ego comme X

2fc863fc8d940a5d8d41465cb8e0596c - Mélody de Sylvie Rancourt
Melody

Résumé de la BD « Mélody » de Sylvie Rancourt édité chez Ego comme X

 » S’installant à Montréal en 1980, Sylvie Rancourt, alias Mélody est poussée par son mari Nick, petit voleur et feignant notoire, à accepter un travail de danseuse nue dans un bar. Elle découvre alors le monde de la nuit, ses dérives, ses abus et surtout le désespoir de ceux qui viennent la voir danser.
Au cours de ses années de danse elle va raconter son quotidien en bande dessinée, de petits fascicules auto-édités qu’elle ira même jusqu’à vendre à ses clients.
C’est l’ensemble de ses récits qui sont réunis pour la première fois en France dans ce livre. »

Critique sur la BD « Mélody » de Sylvie Rancourt édité chez Ego comme X

Sylvie Rancourt ne connaît visiblement pas grand-chose à la bande dessinée ou au dessin quand elle se lance dans ce récit autobiographique. Cela donne un dessin assez naïf mais aussi des planches assez surprenantes. Elle ne respecte aucun code ou plutôt elle joue avec, changeant les cadrages, les perspectives, pour un résultat surprenant.

La force de ce livre c’est son ambivalence, tout d’abord au niveau du dessin, un trait simple, parfois enfantin et qui raconte pourtant l’alcool, le sexe ou la drogue. Et bien sûr aussi au niveau du récit. Mélody est une ingénue qui ne cesse de se faire avoir. Elle ne se rend jamais compte que son compagnon se sert d’elle, qu’il abuse de son bon caractère et surtout qu’il ne changera jamais.
Mais puisque la vie de Mélody est celle de Sylvie Rancourt, on réalise qu’elle a choisi de se raconter telle qu’elle était à cette époque. Elle ne cherche pas à édulcorer la réalité ou à se donner le beau rôle, elle assume ses erreurs, ne s’en excuse pas. Elle nous les présente juste comme elles sont.

C’est la vraie réussite et la force de ce récit, il est authentique, sans artifice. Tout au long des 350 pages s’offre à nous le quotidien de Mélody. On s’attache à elle, même si devant tant de naïveté on aimerait qu’elle ouvre les yeux. Ce mélange de candeur et de volonté c’est aussi ce qui fait son charme.
Un mot aussi sur l’objet, cette intégrale est très joliment réalisée, Ego comme X a fait un travail remarquable, mention spéciale à la couverture à mon goût très réussie.

Cette bande dessinée (à réserver à un publique averti) nous offre un récit brut, sans fioriture sur le passé de danseuse de Sylvie Rancourt. Passée la surprise du dessin on partage avec intérêt son quotidien. Ce récit, culte en Amérique du nord, mérite vraiment d’être découvert.

Ma note : 8/10

David Rémack, Critique littéraire

« Article relu et corrigé par Virginie Bourquin de Passion Plume, notre partenaire correctrice ».