L’échographie pendant la grossesse, est-ce utile ?

Par Jade Tran , le 21 janvier 2023 - 5 minutes de lecture

Durant la période de grossesse jusqu’à l’accouchement, il est important de surveiller la santé de la future maman, mais spécialement du bébé. Pour cela, les femmes enceintes doivent effectuer des examens périodiques auprès d’un professionnel de santé, de leur médecin traitant ou de la sage-femme. Vous devez savoir que ces examens sont obligatoires, notamment pour suivre de près la croissance du fœtus. Sachez également que les premiers examens prénatals s’effectuent entre la 9ᵉ semaine et la 13ᵉ semaine de grossesse, soit au 3e mois de grossesse. À partir de là, les femmes enceintes doivent effectuer un suivi tous les mois jusqu’à la naissance du bébé et même après l’accouchement. Qu’en est-il de l’échographie pendant la grossesse ? Ce qu’il faut savoir avant toute chose, c’est qu’effectuer une échographie comporte de nombreux avantages. Avant d’élucider cette problématique, soit est-ce utile durant la grossesse, faisons un point sur ses atouts.

 

 

Échographie durant la grossesse : confirmation efficace

L’un des premiers atouts d’une échographie est de confirmer que la femme est bien enceinte. Une échographie prénatale détecte la présence d’un fœtus après 10 à 15 jours du retard de règles. Il faut noter que d’autres méthodes de confirmation de grossesse existent telles que les tests de grossesse ou la prise de sang.

Les tests de grossesse peuvent être effectués deux semaines après l’ovulation. Quant à la prise de sang, pour confirmer que vous attendez un bébé, elle se fait habituellement 3 semaines après la période d’ovulation.

Les échographies durant la grossesse permettent également :

  • De connaitre le nombre de fœtus dans le ventre de la future maman ;
  • De révéler la date exacte du début de grossesse ;
  • De mesurer le bébé (sa taille, ses membres) pour sa croissance ;
  • De suivre le développement de votre bébé durant le premier trimestre de grossesse.

Échographie durant une grossesse : détection des anomalies

portrait d'une jeune femme enceinte tenant une photo d'échographie

L’échographie est un examen prénatal qui permet de déceler très tôt une anomalie en ce qui concerne le fœtus et de prévenir les éventuels risques. Par ailleurs, il faut souligner que les échographies ne remplacent pas un examen prénatal complet qui contribue à prévenir certains risques d’anomalies congénitales comme le cas de la trisomie 21. Pour cela, l’examen prénatal via l’échographie mesure la clarté nucale du bébé pour dépister ces anomalies. Pour information, la clarté nucale est la partie située entre la peau et la colonne cervicale du bébé.

L’échographie permet de faire un dépistage préventif pour l’enfant et pour la mère. En effet, une anomalie fœtale risque d’impacter la santé de votre bébé. Ces anomalies peuvent entraîner des complications pendant la grossesse et aussi durant l’accouchement. C’est pourquoi, il est de rigueur de les prendre en charge au début de la grossesse, dès que le test de dépistage est effectué.

Une échographie est indolore et dénuée de risques, c’est une technique qui permet d’obtenir une image de votre enfant grâce à des ultrasons émis par sonde.

Examen prénatal : l’utilité des échographies au cours de la grossesse

Il faut admettre que les échographies sont réellement utiles au cours de la grossesse. La première échographie est un moment de pur bonheur pour les parents, car c’est le moment où le médecin ou la sage-femme prend les battements cardiaques du bébé. Non seulement l’échographie permet aux parents de faire la connaissance de leur futur enfant, mais aussi, cet examen prénatal a pour objectif de les accompagner pendant toute la durée de la grossesse.

Vous devez savoir que les échographies sont réalisées par étape :

  • Première échographie obligatoire : entre la 10ᵉ et la 12e semaine de grossesse, soit entre la 12e et la 14e semaine d’aménorrhée (ou SA) ;
  • Deuxième examen prénatal via l’échographie : à partir de la 22e semaine d’aménorrhée. L’objectif est d’étudier l’anatomie du fœtus, à savoir le diamètre de la tête du bébé ainsi que le ventre de la maman. Ici, il sera possible de faire un test de dépistage sur les risques de malformation, de définir exactement la place du placenta, mais aussi de connaitre le sexe du bébé ;
  • Troisième échographie : à partir de la 32e semaine d’aménorrhée. Cette étape permet aux parents, à la sage-femme ou à un médecin de s’assurer de la bonne croissance de l’enfant dans le ventre de la mère. Pour compléter, elle permet de faire un examen approfondi de la morphologie du bébé. De plus, cette échographie permet également de dépister d’autres malformations qui sont facilement détectables à ce stade de la grossesse.

La première échographie permet ainsi de vérifier si le fœtus est viable ou non. Lors de la deuxième échographie, l’examen consiste à vérifier la place du placenta dans l’utérus de la femme. Sachez que le placenta a pour fonction de transporter l’oxygène et les apports nutritifs de la mère vers l’enfant. Pour une grossesse dite normale, le placenta est fixé solidement à la paroi supérieure de l’utérus jusqu’à l’accouchement.

Oui, les échographies sont utiles pendant la période de grossesse. Sachez qu’en cas de doutes ou de malformations, les femmes enceintes peuvent procéder à d’autres échographies, mais le nombre minimum est habituellement de 3 échographies avant l’accouchement.