Perte d’autonomie, la garde de nuit à domicile

Le 3 janvier 2019
8c664e659805222a729da97d0ded67ad - Perte d'autonomie, la garde de nuit à domicile

La durée de vie a plus que triplé en deux siècles et demi, passant notamment de 25 ans en 1740 à plus de 80 aujourd’hui. Et s’il existe des disparités entre les hommes et les femmes, il n’en reste pas moins que cet accroissement de la longévité s’accompagne aussi de pathologies propres aux personnes âgées. Une fois la retraite consumée, les probabilités d’être atteints d’une maladie ou d’un trouble de la santé comme les accidents domestiques, Alzheimer, Parkinson ou encore les suites d’AVC par exemple, augmentent. Autant d’affections qui restreignent de manière significative l’autonomie de la personne âgée au quotidien. Et s’il est possible d’évoluer au sein d’un cadre sécurisé à l’abri des dangers en entrant dans une maison de retraite, il n’en reste pas moins qu’il existe une autre solution pour rester chez soi : la garde de nuit à domicile.

La garde de nuit, un atout au maintien à domicile

Les retraités ne sont malheureusement pas tous à même de mener à bien les tâches du quotidien telles que le ménage, la préparation des repas ou encore les rituels du coucher notamment. S’ils jouissent d’une surveillance médicale constante de la part du corps médical pour préserver leur santé, la prise en charge à domicile est fortement recommandée. Une présence de nuit, une garde de nuit des personnes âgées à domicile qui présentent plusieurs intérêts.

Quels sont les atouts d’un tel service ?

D’une part, ce mode de garde itinérant de nuit permet de retarder l’entrée dans un établissement spécialisé de la personne accompagné et d’autre part de lui permettre d’être aidée si elle se réveille la nuit. La présence de nuit à domicile d’une auxiliaire de vie permet aussi d’aider la personne âgée à se remettre plus facilement lors de son retour à domicile après une hospitalisation. L’auxiliaire de vie peut alors intervenir de nuit pour changer une perfusion, s’assurer de la prise de médicaments, aider à se lever ou encore changer une couche. Dans tous les cas, cela permet au senior et à sa famille de se sentir rassurés

Garde de nuit, présence de nuit : quelles différences ?

Toutefois, il convient de différencier la « garde de nuit » de la « présence de nuit ». Dans le premier cas, cela s’adresse aux personnes âgées les plus dépendantes, l’auxiliaire de vie dormant alors dans la pièce et intervenant autant de fois que nécessaire. Dans le second cas, la présence de nuit s’adresse aux personnes âgées moins dépendantes. L’auxiliaire de vie dort dans une autre chambre séparée et n’intervient que peu, une à deux fois environ dans la nuit. Dans les deux cas, l’auxiliaire de vie aide au coucher, au lever de la personne âgée, mais aussi prépare les repas du soir et du matin sans oublier la toilette le matin.

Quelles sont les aides ?

Les tarifs dépendent de chaque situation et il est préférable de se rapprocher des agences spécialisées pour en connaître les modalités, les types de prestations proposées et surtout les coûts détaillés. Dans tous les cas, l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) peut prendre en charge une partie des frais. Certaines structures peuvent également accepter le paiement via le CESU.

Et parce qu’en tant que membre de la famille, il n’est pas toujours possible d’assister et de venir en aide à ses aïeuls, la téléassistance constitue également une solution. Qu’il s’agisse d’un médaillon, d’un bracelet, d’un bip alarme ou encore d’un boîtier fixe, il existe une multitude de matériels de téléassistance qui met en relation la personne âgée à un centre d’écoute et d’urgence 7 jours sur 7 et 24h sur 24.