Crise des sous-marins : de l’eau dans le gaz entre la France et les USA

Le 7 octobre 2021
crise des sous marins de l eau dans le gaz entre la france et les usa - Crise des sous-marins : de l'eau dans le gaz entre la France et les USA

Surnommée le « contrat du siècle », l’affaire des sous-marins australiens a soulevé quelques tensions entre deux vieux alliés et partenaires économiques que sont la France et les États-Unis. En effet, en signant en 2016 un contrat avec l’Australie pour la vente de 12 sous-marins à propulsion de type Barracuda, François Hollande croyait à l’époque avoir conclu le contrat du siècle avec l’île-continent. Ce mariage, qui devrait durer au moins 50 ans avec ce partenaire économique de longue date, a tourné court avec un divorce qui fut prononcé 5 ans plus tard. Pire, ce serait ses plus fidèles alliés, les États-Unis et le Royaume-Uni, qui aurait repris le contrat avec l’Australie. Une lourde perte économique pour la France qui a, par ricochet, créé une crise diplomatique entre les deux états.

Les Français toujours les bienvenus aux États-Unis

La crise des sous-marins a fait couler beaucoup d’encres au cours des dernières semaines et a soulevé de nombreuses questions, notamment celle de savoir si les citoyens français étaient toujours les bienvenus aux États-Unis. En effet, il est indéniable que cette affaire a déclenché la colère des autorités françaises, mais les deux nations s’engagent désormais vers le chemin de l’apaisement. Il s’agit pour Emmanuel Macron et pour Joe Biden de restaurer « la confiance » entre leurs deux pays en vue de mettre en place un climat serein pour d’éventuelles futures collaborations.

Après un appel téléphonique le 22 septembre dernier entre les deux dirigeants, les tensions semblent désormais apaisées. Les Français qui souhaitent séjourner aux États-Unis n’ont donc plus aucune crainte à avoir, car la crise est sur le point d’être résolue. À cet effet, vous pouvez toujours passer par le site https://www.france-esta.fr pour obtenir votre autorisation électronique de voyage pour vous rendre aux États-Unis.

image crise des sous marins de l eau dans le gaz entre la france et les usa - Crise des sous-marins : de l'eau dans le gaz entre la France et les USA

Rappelons que l’ESTA (Electronic System for Travel Authorization) est une autorisation électronique qui permet à certains voyageurs de séjourner aux États-Unis pendant une durée inférieure à 90 jours. Elle permet également aux voyageurs de transiter par ce pays sans avoir besoin de présenter un visa. Pour obtenir une telle autorisation, il suffit de vous rendre sur le site et de remplir le formulaire en ligne. Lorsque les conditions d’éligibilité sont respectées, vous obtiendrez alors votre sésame en moins de 24 heures.

Simple et rapide, cette procédure est devenue obligatoire depuis le 12 janvier 2009 pour les personnes qui souhaitent transiter ou séjourner aux États-Unis. Il est important de noter que l’ESTA ne remplace pas le VISA. Lorsque vous souhaitez séjourner plus de 90 jours dans aux USA, vous devrez alors effectuer une demande de VISA USA. Grâce à votre autorisation de voyage électronique, vous pouvez donc séjourner aux États-Unis aussi bien pendant cette crise des sous-marins que bien après.

L’origine de la crise des sous-marins australiens

Pour comprendre la crise des sous-marins australiens, il faut remonter 5 ans en arrière. En effet, un accord de vente conclu le 20 décembre 2016 entre Paris et Canberra avait acté la livraison de 12 sous-marins par la société française Naval Group, pour environ 34 milliards d’euros.

La nécessité de passer au « plan B »

Depuis plusieurs mois, le ministère australien de la Défense dénonçait les surcoûts du programme dont la somme avait gonflé pour atteindre finalement 56 milliards d’euros. Le ministère australien de la Défense avait alors évoqué, début juin, la possibilité de passer à un « plan B » en cas d’échec des négociations de la prochaine étape de l’accord dite de « basic design » des bâtiments.

Les autorités australiennes attendaient en effet que la seconde phase du contrat soit conclue avant la fin du mois de septembre. Des assurances avaient même été apportées pour le maintien du contrat, d’abord en juin avec Emmanuel Macron, puis en août avec les ministres des Affaires étrangères et les ministres de la Défense des deux pays.

Une rupture de confiance

Contre toute attente, dans la nuit du 15 au 16 septembre 2021, l’Australie décide de mettre fin à l’accord et de privilégier cette fois les sous-marins nucléaires que lui proposent les États-Unis. Ceci en se basant sur un partenariat nommé AUKUS impliquant également un troisième invité, le Royaume-Uni.

Suite à cette décision de l’Australie, la France n’a pas caché son mécontentement en reprochant directement à ses fidèles alliés de ne pas l’avoir averti des tractations. Pour joindre l’acte à la parole, la France a alors pris une « décision exceptionnelle », si l’on en croit les propos du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en rappelant ses ambassadeurs en Australie et aux États-Unis.

Pour le ministre des Affaires étrangères, il s’agit purement et simplement d’un mensonge, d’une rupture majeure de confiance et il va encore loin en qualifiant l’attitude des deux états de méprisable. Ce rappel de l’ambassadeur de France aux États-Unis est une réaction inédite qui marque le début de la crise diplomatique entre les deux états.

Pourquoi une décision aussi soudaine qu’exceptionnelle ?

Au-delà de l’intérêt économique de cet accord, il faut aussi dire que le contrat des sous-marins entre la France et l’Australie avait un enjeu stratégique pour la France. Son annulation pourrait également avoir de lourdes conséquences pour Naval Group.

picture crise des sous marins de l eau dans le gaz entre la france et les usa - Crise des sous-marins : de l'eau dans le gaz entre la France et les USA

L’enjeu pour la France

Le contrat des « sous-marins » a avant tout un enjeu diplomatique, mais également un enjeu géopolitique. En effet, le président de la République française souhaitait avec cette opération, renforcer la présence française dans la zone indo-pacifique grâce à un partenariat avec l’Inde et l’Australie. Ce contrat constituait également un des éléments principaux qui permettait à la France de résister face aux ambitions chinoises dans la région.

Il s’agit ensuite d’un enjeu économique, car cet accord prévoyait la construction de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle de classe « Attack » par la société Naval Group. Une société qui pour rappel est implantée dans une dizaine de villes françaises. Ce contrat avait un coût global de 56 milliards d’euros. Cela représente un véritable manque à gagner pour les caisses de l’État.

Les conséquences pour Naval Group

Même s’il s’agit d’un coup dur pour le géant français de l’industrie, cette rupture de contrat ne symbolise pas la fin de Naval Group. Cependant, cette annulation de contrat touche de plein fouet les 650 personnes qui travaillaient encore sur le projet, essentiellement dans les bureaux d’études. Cela représente une perte d’environ 10 % du chiffre d’affaires global de l’entreprise.

En revanche, le constructeur français n’est pas désœuvré pour autant, car il travaille également d’arrache-pied sur la construction de dix sous-marins, dont quatre pour le Brésil et six pour l’Inde. Naval Group espère également remporter de nouveaux contrats en Inde, mais aussi aux Pays-Bas.

Les enjeux importants du contrat des sous-marins ont créé une crise diplomatique entre la France et les États-Unis, mais fort heureusement, les deux pays alliés, amis et partenaires travaillent désormais ensemble pour trouver des solutions. La rencontre prévue fin octobre entre les deux nations donnera plus d’informations sur l’avenir des collaborations entre les deux États. Quoiqu’il en soit, les Français souhaitant voyager aux USA le peuvent en se procurer une autorisation ESTA.